Appelez-nous en toute confidentialité

01 42 55 66 98

Un NégociaCteur vous rappelle sous 24 heures, en toute confidentialité
30 premières minutes offertes, pour nos premières recommandations

ConditionS d’embauche

Que pouvez-vous négocier à l’embauche ?

Tout !

Et pas seulement votre niveau de rémunération !

Par exemple :

  • La suppression de la période d’essai
  • Une prime de garanti d’emploi
  • Un bonus de bienvenu
  • Une voiture de fonction
  • Des perspectives d’évolution

Ces demandes doivent être légitimes et représenter des facteurs de réussite dans vos nouvelles fonctions, dont l’entreprise sera la première bénéficiaire.

Elles doivent impérativement tenir compte de la culture de l’entreprise et de ses pratiques.

Nous disposons d’informations pertinentes sur les pratiques de nombreuses entreprises.

5 conseils

1) Une assistante de recherche vous demande vos prétentions salariales ? Refusez de lui donner un montant !

2) Retournez la question ! En quoi le poste qu’elle vous propose diffère-t-il de celui que  vous exercez aujourd’hui.

3) Quel est le niveau de rémunération de vos futurs collègues.

4) Vous ne mendiez pas un job, vous avez déjà un, et même si vous êtes au chômage, vous avez d’autres propositions.

5) Clarifiez les conditions de votre embauche pour vous donner toutes les chances de réussite.

Votre salaire de départ n’est pas la référence dans votre future entreprise.

Ce sont vos nouvelles fonctions qui déterminent votre future rémunération,
notamment, par rapport à celle des collègues de votre niveau.

Si vous êtes trop élevé dans la hiérarchie salariale, vous risquez d’attiser les jalousies, et à l’inverse un niveau de rémunération trop bas, vous décrédibilisera vis-à-vis de vos futurs collègues et pairs.

Sachez donc retourner le questionnement.

Exemple réel :

Le nouvel actionnaire remet en cause (Cliquez ici pour voir la suite...)

Le nouvel actionnaire remet en cause la direction de développement d’énergies alternatives dirigée par notre client (hautement diplômé). Compte tenu de son expertise les DRH cherchent à le reclasser, mais nous obtenons un accord de départ négocié. Parallèlement, il obtient de propositions pour un nouvel emploi et nous l’aidons à négocier son package.

Le chasseur de tête lui explique que pour avoir un niveau de vie identique à Paris qu’en province, il faut qu’il bénéficie dans la nouvelle entreprise d’un revenu de +20%. Cela revient compte tenu de la rémunération initiale de notre client à un salaire annuel de 130 k€. Et que c’est ce qu’il doit pouvoir négocier avec la DRH, dès lors que le président a validé sa candidature.

Nous proposons à notre client de demander à la DRH à quelle tranche de rémunération se situent ses collègues membres du comité de direction. Nous conseillons à notre client de demander à être positionné à la médiane de ce groupe de référence, afin de n’apparaître ni comme le moins bien traité, ce qui pourrait laisser à entendre, que son potentiel d’évolution est faible, ni comme le mieux traité, ce qui pourrait éveiller des jalousies.

Nous obtenons une proposition à 180 k€.